Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 12:12

sonotheque-brest.jpgLe 10 septembre 2002, je passai les portes de La Sonothèque de Brest. J'avais été embauché comme libraire. Si j'ai pu entrer en tant que salarié, c'est grâce à deux personnes : Gaëlle et Kris.
En aout de cette même année, Gaëlle voit une annonce dans le journal. On cherche un vendeur BD pour une librairie brestoise. A ce moment, j'étais vendeur chez Mercier Musique. Si je m'entendais bien avec le personnel, je ne m'y sentais pas à ma place. Cette annonce était une opportunité. Mais quelle était cette librairie ? Ce n'était pas Excalibulle, la Fnac (en pré-ouverture) avait déjà recruté son personnel et Dialogues n'engageait pas. Après un CV et une lettre de motivation envoyés, j'ai attendu une semaine. Jérôme R, sous-directeur de La Sonothèque de Brest me donnait rendez-vous.
Je me rappelle avoir parlé musique et film, pas tellement de bandes dessinées. L'entretien se passe bien, même si je n'en sais pas plus. J'obtiens un second rendez-vous avec le directeur de la structure : Francis R. On parlera chiffres, stock et Pétillon. Il me contactera quelques jours plus tard pour me dire que je suis engagé.
La partie la plus dure restait à faire. Révéler à mon employeur que je démissionnais. Je suis monté dans son bureau, je lui ai expliqué. Sur le moment, il n'a pas dit grand-chose, mais ça ne lui plaisait pas qu'un employé parte au moment de la rentrée scolaire. Je suis me suis mis à mon travail, avant de voir mon futur ex-directeur débouler dans le magasin, rouge, pour me faire passer quelques secondes désagréables (pourquoi je partais ? Ce n'étais pas le moment, etc...). A ses questions, j'ai bafouillé : "C'est une opportunité que je ne pouvais pas rater".
Trois semaines plus tard, il me faisait monter dans son bureau. Il reconnaissait que je n'étais pas à l'aise dans ce travail, même si j'avais bien travaillé.  Je partais de la musique pour rentrer dans la bande dessinée.
Ce n'est que plus tard que Kris m'a dit comment j'avais été choisi. Lui-même libraire de La Sonothèque Morlaix sous la même direction que celle de Brest, il avait été convoqué pour voir les CV des candidats, étalés sur la table. Il connaissait mon parcours (lecteur assidu, organisation de Tonnerre de Bulles, vendeur à la librairie Critic), il a reconnu ma photo. Il a pointé du doigt mon CV.
"Lui, c'est un bon". Les choix tiennent à peu de choses.

Dix ans après, Gaëlle et Kris, je vous remercie encore. Cette opportunité, ce coup de pouce a permis de baliser mon chemin vers ce que je suis maintenant.

 

Crédit photo : Cityvox

Partager cet article

Repost 0
Published by Hervé - dans autre
commenter cet article

commentaires

Yaneck Chareyre 23/09/2012 08:42


Tu as bossé à Critic? Marrant, ce sera, dans quelques mois, ma librairie de référence.