Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 15:36

Samedi dernier se clôturait la dernière édition du Brest Japan Festival. Cet événement ne veut pas montrer que le manga, les films d'animations ou le cosplay. Riche d'une culture différente, la MPT de l'Harteloire et ses partenaires enlèvent les clichés et invitent à la découverte d'un pays. japan-albatorPendant une semaine, des ateliers, des animations et des conférences ont préparé le terrain pour que la journée du samedi, point d'orgue du festival, soit une réussite.

Lundi, la MPT entamait sa session d'apéro-langue. Autour d'un verre, les participants apprennent/discutent dans une langue étrangère. La table japonaise fut prise d'assaut. A la suite, j'animais avec le club des lecteurs, une conférence sur la littérature japonaise (manga inclus) et ses dérivés cinématographiques. japan-maquillage

Mercredi n'était que l'introduction de cette 4ème édition du Brest Japan Festival. Pas moins de 3 lieux de rendez-vous étalés sur la journée permettaient de s'évader. Si l'hôpital Morvan recevait les conteuses du kamishibai, le centre névralgique de la MPT de l'Harteloire débordait d'activités. Toute la journée, différents jeux ont été proposés : furoshiki origami(emballage en tissu), origami (pliage de papier), jeu de go, ainsi qu'un atelier de maquillage et d'accessoire. La Team Ouest Cosplay transformait les enfants selon les goûts de chacun.

Les médiathèques de Brest n'étaient pas en reste puisqu'elles accueillaient en semaine des ateliers d'origami, des parties endiablées de jeux vidéos ainsi qu'une lecture sur le thème : voyage au Japon. Quant à l'animation : Génération Albator, la première vague japonaise, le public fut présent et attentif. En introduction, la bibliothèque Neptune avait mis en place une frise chronologique. Il fallait deviner quand était diffusée une sélection de séries japonaises. Si la mémoire a souvent fait défaut aux participants, j'ai pu la rafraîchir avec cette conférence chrono-thématique.fresque

demoEnfin, samedi. Si le public attendait fébrilement l'ouverture des portes à 14h, la matinée des organisateurs n'était pas de tout repos. Flechage, accueil de Juliette Fournier, réglages de dernière minute... L'initiation Zazen n'était pas de trop, quand l'afflux du public se précipita dans la MPT. Il faut souligner que toutes les salles accueillaient un voire deux ateliers. En continu, le participant lambda pouvait faire « travailler » son corps. Initiation au japonais, aux accessoires kawaï, aux arts martiaux (au gymnase Algésiras), au jeu de go d'un côté. Atelier manga, quizz, tournoi de jeux vidéos de l'autre. Vous vouliez retrouver la joie de jouer à Pac-Man ou à Donkey-Kong ? C'était possible ! Vous vouliez poser aux côtés de Naruto ou dans un décor steampunk ? L'atelier photo était là pour ça. Pour ne pas oublier que le Japon se reconstruisait suite aux récents évènements, l'association Gambalo-Japan était présente pour vendre et expliquer à quoi servait la collecte. En face, l'artiste Alain Robet réalisait en un temps record, une fresque, avec signature et textes en japonais. 

web-radioPuisqu'une génération a découvert le Japon avec le manga, Juliette Fournier était présente avec Morphine, sa première réalisation en tant qu'auteur. Interviewée, elle expliquait qu'elle mélangeait le manga avec la bande dessinée franco-belge. Au milieu de cette joyeuse agitation, des enfants interrogeaient le public, les stands. Ces reporters faisaient partis de la web-radio, diffusée en fin d'après-midi.

Le point d'orgue du festival arriva avec le défilé cosplay. Tout au long de l'après-midi, la file d'attente s'est allongée.jeux A l'ouverture des portes, elle atteignait le rez-de-chaussée (le défilé se passait au deuxième étage). Au fil des éditions, ce traditionnel défilé s'est organisé. D'une présentation succincte au début, nous avons maintenant certaines chorégraphies complexes. La musique est choisie par les participants, les costumes sont faits mains. Malheur à celui qui dira qu'ils se déguisent. Ils font vivre un personnage, au point de calquer la voix, la prestance... Nuance.

Une journée comme celle-ci peut entamer l'appétit. L'organisation avait prévue un stand pour la dégustation de produits japonais (crêpes, gâteau aux haricots rouges, thé...). De quoi prolonger le voyage en orient.

Au fur et à mesure, le Brest Japan Festival développe sa notoriété. Les éditions s'accumulent et ne se ressemblent pas. Quant au public, de plus en plus large, l'affluence montre qu'il répond présent.

Partager cet article

Repost 0
Published by Hervé - dans Evènements
commenter cet article

commentaires