Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 14:29

Des-bulles-au-musee.pngDepuis le 12 mars et jusqu'au 7 avril, le musée des Beaux-Arts de Brest s'ouvre à la bande dessinée. Quatre dessinateurs ont leurs travaux disséminés dans les galeries de la collection permanente. Des auteurs aux styles différents, mais qui ont tous un point commun : ils sont de la région. Une fois entré dans le Musée, vous ne pouvez pas les rater. Des panneaux montrent un avant-goût de ce qui nous attend. On découvre des planches de Briac pour Quais Divers (SNCF/Sixto), Jérôme Lereculey pour Golias, Gwendal Lemercier pour Brest en Bulles et Bruno Le Floc'h avec Saint-Germain puis roulez vers l'ouest. Différentes techniques, traits montrent les caractéristiques de chaque dessinateur.
Un premier contact qui permettra de trouver un écho dans les différentes salles. La galerie ancienne met en avant le travail de Gwendal Lemercier et Jérôme Lereculey. Recherches, scénario, crayonnés... les modules exposent l'envers du décors. Les planches ressemblent étrangement aux toiles exposées (thème, technique, trait). Et si les enfants veulent regarder de plus près, des bancs installés exprès feront le bonheur de tous.
Au rez-de-chaussée, on retrouvera Gwendal Lemercier qui travaille avec Durandal, sur l'aspect historique de l'album. Des vêtements aux armes, tout doit paraître le plus réaliste possible alors qu'en face, La mort de Chramm d'Evariste Luminais réinterprète l'époque. La salle des naufrages met en perspective le phare d'Armen. Le visiteur pourra comparer les planches de Briac et celles de Bruno Le Floc'h. Tous deux inspirés par la mer, ils racontent à leur façon une partie de l'histoire du célèbre phare.
La salle dite des portraits met en évidence des études sur les personnages. Que ce soit des personnages en mouvement, des projets d'ex-libris... Minutie, vous avez dit minutie ?

Cette exposition dans l'exposition, on la doit à Véronique Durand, professeur relais au musée des Beaux-arts. Avec l'accord du conservateur, Monsieur Aumasson, elle a contacté les auteurs, rassemblé les planches. Un travail de titan pour une exposition réussie. Cette exposition permet de montrer le travail derrière un album de bande dessinée, d'avoir un dialogue entre l'exposition permanente et la bande dessinée, mais aussi d'amener les élèves, les enfants au musée. Un parcours pédagogique qui permet un regard éclairé entre la peinture et le 9ème art. Une exposition qui ne pourrait pas se faire sans les auteurs. Ils ont tous joué le jeu et ouvert la porte des archives. Armelle Le Minor et l'association des amis de Bruno Le Floc'h ont même prêté des cromalin (sortie couleur des planches). Une chose assez rare pour être soulignée.

Un parcours pédagogique permettra aux plus jeunes et aux scolaires de comprendre comment on passe du scénario à la mise en mouvement d'une histoire en cases et en bulles.

Deux prolongements seront donnés à l'exposition :
Le 4 avril à 14h, le Mac Orlan projettera L'île de Black Mor, de Jean-François Laguionie. Bruno Le Floc'h avait été story-boarder sur ce long-métrage d'animation.
Le 7 avril, la 3ème édition de Loperhet en ébullition permettra de retrouver la plupart des dessinateurs exposés et pourquoi pas, de leur poser des questions.

Des bulles au musée, c'est un fil rouge qui se déroule. La filiation beaux-arts/bande dessinée semble évidente. Si le visiteur peut avoir un a priori entre les deux médias, il le dissipera au fur et à mesure du parcours. On espère que cette initiative ne restera pas unique.

Partager cet article

Repost 0
Published by Hervé - dans Evènements
commenter cet article

commentaires