Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 16:02

l-homme-qui-n-existait-pas.jpgLéonid Miller a décidé très tôt d'être indépendant vis-à-vis de la société. Il ne se mêle pas aux autres ou juste pour sa passion : le cinéma. Mais un soir, il devient invisible, intangible. Il disparaît.

Voilà une bande dessinée qui raconte un mal contemporain, la solitude, mais pris sous un autre angle. Si l'on choisit d'être solitaire, de n'avoir aucun contact, c'est désormais possible avec la technologie d'aujourd'hui. C'est ce qui permet à Léonid de vivre, en se mêlant à la société le moins possible. S'il aime aller au cinéma, s'il trouve "Que les personnages de fiction avaient une présence bien plus dense et plus profonde que celle de la plupart des gens", il n'est pas acteur de sa propre vie. Avec peu d'effets, l'auteur montre comment son personnage se détache de la réalité, jusqu'à ne plus exister. Lui qui n'éprouvait pas le besoin d'autrui est désormais embêté : comment satisfaire ses besoins, qu'ils soient nécessaires ou pas, si on n'existe pas ? Raconté simplement, sans fioriture, Cyril Bonin nous invite à découvrir cet homme, qui va devoir malgré lui, devenir acteur de sa propre vie. Quant au deuxième acte, il raconte la rencontre entre cet homme et une femme, une actrice. Un récit fantastique où l'imaginaire de la situation se mêle au quotidien.
Le graphisme choisi colle magnifiquement au récit. Une ligne simple et réaliste, élégante. Raccord avec le scénario, les plans choisis permettent une "ballade". On découvre cet homme, on se promène avec lui, on fait la rencontre. Aucune précipitation, une fluidité magistrale, un rythme maîtrisé de bout en bout. "L'effet" pour montrer l'aspect de Léonid Miller est bien choisi. Alors que le personnage n'existe plus, ce qui est autour de lui n'est que couleur terne. La seule note chatoyante vient de deux endroits : le personnage et la lumière du cinéma. Encore une fois, je me répète, c'est simple, direct et élégant.

L'homme qui n'existait pas est un récit magnifique, qui va à l'essentiel. Cyril Bonin maîtrise toute la palette de la simplicité pour un maximum de ressenti. On ressort de cette lecture avec une petite chaleur au coeur du ventre.


L'HOMME QUI N'EXISTAIT PAS
AUTEUR : CYRIL BONIN
EDITEUR : FUTUROPOLIS

Partager cet article

Repost 0
Published by Hervé - dans Bande dessinée
commenter cet article

commentaires

Yaneck Chareyre 12/03/2012 21:24


Mais c'est fort intéressant tout ça.... Ca donne envie, une telle lecture.

Spooky 09/03/2012 22:19


Certes, le ton est léger, mais qu'on ne s'y trompe pas, le fond est plus conséquent.

Car effectivement Cyril Bonin nous propose une fable sur la vacuité de l'existence, ou plutôt ce qui en fait le sel. C'est à dire les sentiments, les doutes, les interrogations. Sinon nous ne
sommes que des robots condamnés à jouer des rôles qui nous dépassent... La métaphore est toute trouvée avec la star de cinéma, qui à force de répéter son texte, en finit par perdre toute
substance, y compris à ses yeux... C'est bien mené, la conclusion est celle qu'on attend, pas de surprise réelle dans le récit concocté par Bonin. Mais c'est tout de même bien fichu.

Et le dessin de l'auteur continue à évoluer, perdant encore un peu certaines de ses caractéristiques pour aller vers plus de maîtrise.

Bonin, s'il n'a pas encore pris son envol en tant que scénariste, n'est pas loin de son apogée graphique.