Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juillet 2013 3 17 /07 /juillet /2013 14:49

Noa est condamné à la réclusion à domicile. De plus en plus reclus, il regarde le monde passer à travers son poste vidéo: surveillant de l'espace public. Petit à petit, les gens dont il a la "charge" s'équipent d'un sarcophage noir. Celui-ci permet d'accéder au monde de O. "Osez la liberté" dit la publicité. Malgré les mises en garde de ses amis Valérie et Frank, Noa acquiert un des sarcophages.

"Le monde de O" est avant tout une aventure éditoriale. Réalisé en septembre 2003 et septembre 2012, il a été conçu par Igor Bno et l'association Infini.fr. Tiré à 49 exemplaires, les auteurs demandent à ce que le livre ne soit pas prêté, vendu, échangé, mais passé de main en main. "Continuez à le faire vivre"...
L'histoire est celle de Noa qui découvre le monde virtuel de O. Un univers si réaliste qu'on ressent les sensations (boire, manger, etc), mais l'utilisateur reste le maître. Suivant Noa, le lecteur plonge dans ce monde où chacun peut être ce qu'il désire, faire ce qu'il veut, au point d'oublier le véritable monde.
Comme il est noté sur la quatrième de couverture, le livre est fabriqué artisanalement. Est-ce-que-ce livre se voudrait un manifeste contre Internet ? Certainement pas, mais l'addiction à ce "monde" est comparable aux internautes qui oublient de manger, qui restent jouer pendant des jours entiers. Noa en fera la rude expérience. Tour à tour plongé dans un deuxième puis un troisième monde virtuel (Matrix ? Inception ?), il oubliera le véritable monde. Ici, les jeux immersifs, qu'ils soient enquêtes ou mondes imaginaires ne servent pas qu'à amuser les utilisateurs. Il y a une véritable dimension politique.
Fascinant, déstabilisant, Le Monde de O se révèle un futur possible. Tout est surveillé, on ne sait plus ce qui est interdit et on s'oublie dans des mondes irréels. Jusqu'à quand ?

LE MONDE DE O
AUTEUR : IGOR BNO

Partager cet article

Repost 0
Published by Hervé - dans Science-fiction
commenter cet article

commentaires