Samedi 19 mai 2012 6 19 /05 /Mai /2012 17:57

Par Hervé

orange-mecanique

 


 

Hier soir au Multiplexe Liberté (Brest) avait lieu une soirée spéciale. En partenariat avec Le Quartz, le cinéma proposait de diffuser Orange Mécanique de Stanley Kubrick. En prologue de cette séance, Jean-Christophe Spinosi, chef d'orchestre de l'ensemble Matheus évoquait les filiations entre la musique, le film et Kubrick. Directeur artistique de l'ensemble Matheus, il travaille depuis plus de 20 ans à décloisonner la musique classique. Suite à sa présentation, il donne quelques dates. Au Quartz, puis à l'Avel Vor (Plougastel), il dirigera la 9ème symphonie de Beethoven interprétée par l'ensemble Matheus et des musiciens amateurs. En juillet, il se produira sur la scène des vieilles charrues avec Malena Ernman (une chanteuse d'opéra suédoise qui s'est ouvert à tous les répertoires : cabaret, jazz, pop). Ensemble ils vont aller du baroque au rock.

Quand on parle de Kubrick et de film, on pense au perfectionnisme. Il l'était. C'était la même chose pour le choix de ses musiques. A la différence de la musique actuelle, les compositeurs de musique classique étaient des perfectionnistes, comme l'est Kubrick. Pour lui, la musique est le personnage principal d'un film. Dans Orange Mécanique, il a une importance capitale. Toute la musique du film est issue du classique : Purcell, Rossini, Beethoven. Mais la plupart des oeuvres ont été revisitées par Wendy Carlos, auteur de Switched on Bach et jouées sur un synthétiseur Moog (synthétiseur modulaire). Certaines scènes sont comiques, un humour qu'on doit à la musique. En effet, en musique classique, on peut diviser les oeuvres en deux genres. La musique à programme permet à un orchestre de décrire une narration, qui va renvoyer à une donnée extra musicale. Son opposée, la musique pure, n'a pas de narration. Elle va donner des impressions subjectives. Pour les musicologues, Rossini fait de la musique pure. Pour Spinozi et Kubrick, Rossini évoque l'acte sexuel et l'amour, tout en le tournant en ridicule. Le film comporte plusieurs images violentes (pour l'époque). A ce titre, il fut interdit aux moins de 18 ans à sortie (1971), puis aux moins de 16 ans, ce qu'il est toujours.

Orange Mécanique est une adaptation du livre éponyme d'Anthony Burgess. Si le film respecte la trame de l'histoire, il y a quelques différences. En premier lieu, la fin du film vient de l'édition américaine (et censurée) du livre. Le jargon utilisé par Alex (le nadsat, un langage inventé par Anthony Burgess) est moins présent dans le film, que dans le livre. Cette approche est normale pour la totale compréhension de l'oeuvre. Un spectateur n'ayant pas lu le livre doit pouvoir comprendre le film. Des détails qui permettent de rapprocher l'adaptation de l'oeuvre originale (a contrario de Shining).

On va suivre l'histoire d'Alex, jeune délinquant britannique. Il est obsédé par la musique (spécialement celle de Ludwig Van Bethoven), le sexe et l'ultraviolence. Accompagné de ses amis (les droogies), il commet des crimes jusqu'au jour où il est capturé. Accusé de meurtre, enfermé en prison, il est désigné pour un programme expérimental, le ludovico. Celui-ci lui permettra en 15 jours d'être remis sur le droit chemin.
Dès les premières secondes, le spectateur est happé par le film. L'image est rouge, la musique est celle d'Henry Purcell "Musique pour les funérailles de la Reine Mary". Arrangée et interprétée par Carlos, le spectateur ne se sent pas à l'aise. Le ton est donné. Nous sommes dans un futur proche. Tout le décor est outrancié, coloré, mais rien n'apaisera la vue du spectateur. Tout est carré, exigu (la chambre d'Alex, le "foyer", les plans rapprochés). La violence est partout et à part quelques privilégiés, les immeubles sont à l'abandon. Pour contrer cette violence, le nouveau gouvernement ne répond plus par "oeil pour oeil", mais il veut changer le mal en bien. Stanley Kubrick livre ici une satyre du gouvernement qui peut aller jusqu'à la parodie (comportement du gardien chef, changement du gouvernement). Alex, de héros criminel va devenir un anti-héros, pantin des gouvernements. Quel est son libre arbitre ? Aucun ! Alex, narrateur, raconte ses péripéties, humour britannique en prime. Un humour spécifique présent dans plusieurs scènes pour "dédramatiser" l'action. Si le film avait été américain, comment Kubrick l'aurait dirigé ?
Plusieurs scènes clefs sont chorégraphiées : la venue du ministre à la prison, la bagarre avec Willie, la scène du viol. Musique et acteurs fusionnent pour donner à la scène le sentiment requis : humour, gêne, etc... Véritable ballets, elles permettent de prendre du recul. L'esthétisme du film portera sur trois aspects : la couleur, le décor et l'élément sexuel. Le spectateur attentif notera les couleurs portées. La mère du héros portera du rouge, comme beaucoup de femmes présentes. Alex sera en blanc (signe de virginité) avant d'être en bleu sombre (il rentre dans le rang). L'appartement de ses parents comprend un décor surchargé dans un petit espace. A contrario, que ce soit chez l'écrivain, à l'hopital ou chez la dame aux chats, il n'y aura presque pas de décor, ce sera même choquant avec les plans utilisés (plans larges). Quant au sexe, s'il est présent dans toute la première partie du film, il restera quasimment absent du reste. Toujours mis en premier plan, il est utilisé de façon détourné : la sculpture, les tableaux, les fontaines de bar, les vêtements.

Orange Mécanique reste une oeuvre qui interroge sur la liberté de l'être humain. Stanley Kubrick dénonce, interroge à sa façon le spectateur. Choquant, on peut voir Orange Mécanique comme un film dramatique, mais aussi comme une farce. Ca reste un monument du cinéma d'anticipation, dirigé par un génie : Stanley Kubrick. Dirigé, le mot est choisi. Musique, décor, direction d'acteur, tout sera contrôlé par Kubrick pour donner à l'écran sa vision d'Orange Mécanique.

Merci au Multiplexe, au Quartz, ainsi qu'à Jean-Christophe Spinosi pour cette soirée.

 

 

ORANGE MECANIQUE

REALISATEUR : STANLEY KUBRICK

D'APRES LE LIVRE D'ANTHONY BURGESS

Publié dans : Films - Ecrire un commentaire
Communauté : Temps X - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés