Vendredi 5 août 2011 5 05 /08 /Août /2011 08:14

parker-chasseur.jpgParker est à New York. Ceux qui lui ont tiré dessus l'ont cru mort. Maintenant Parker est de retour. Il veut se venger. Il veut récupérer ce qu'on lui doit. Peu importe les obstacles, le temps qu'il faudra. Il obtiendra ce qu'il veut, même s'il doit mettre New York à feu et à sang.

Parker fait partie de la galerie de personnages crées par Donald Westlake. Pour ceux qui ne connaitraient pas cet auteur américain, c'était un écrivain prolifique mais qui ne s'enfermait pas dans un genre. Deux principales séries policières ont été crées : Dortmunder dont le personnage éponyme est un cambrioleur malchanceux, et Parker dont le héros est un voleur professionnel froid et cynique. Mais Donald Westlake c'est aussi la comédie (Un jumeau singulier), ou la comédie noire (Le couperet).
Darwyn Cooke est un auteur peu connu en France. Il s'est fait connaître par la série "Nouvelle frontière" des éditions DC, puis par sa reprise du Spirit de Will Eisner. Allait-il réussir à se couler dans le moule de Richard Stark (Pseudonyme de Donald Westlake)? La réponse est oui. Ce roman graphique de 140 pages est une pure pépite, un pur Richard Stark. Darwyn Cooke réussit à adapter le roman, puis à le dessiner. Le découpage permet de découvrir des idées géniales: aucun dialogue pendant les 20 premières pages, une régularité  dans les cases, comme un comic-strip, des descriptions pour marquer des pauses. L'ambiance du roman est toujours aussi froide, le style narratif, direct. Darwyn Cooke ne joue pas une adaptation de son cru, il permet qu'un roman soit traduit graphiquement. Il serait étonnant de comparer l'original et l'adaptation. Les deux écrits sont de pures perles noires.
Alors qu'il aborde le Spirit avec un trait "cartoon", qu'il fait de "Nouvelle frontière" un univers coloré, on reconnaît le style "Cooke". Des traits nets, des jeux d'ombres, des lignes qui se prolongent. Dans Parker, Darwyn Cooke a simplifié son style. Il l'a épuré, comme pour donner encore plus de force au scénario. Tout dans la simplicité? Oui, mais faut il encore bien poser, cadrer les personnages. Selon les scénes, le "héros" est visuellement présent ou pas. On le suit, telle une caméra (travelling, gros plans, etc..). C'est un régal de lire en continuité ce livre. Sa fluidité semble naturelle. Il faut souligner l'usage de la bichromie et l'art de s'en servir. Un véritable festival technique, qui n'a pas pour but de se mettre en avant, mais de donner de la force à la bande dessinée.
S'il fallait mettre une note, oserait-on le 20? Darwyn Cooke s'essaie au difficile art de l'adaptation, passe à côté de toutes les fautes, pour commettre l'un des plus beaux récits de 2010. Tonino Benacquista, romancier français signe la traduction. C'est donc un trio de maîtres du genre que nous offre les éditions Dargaud. Un deuxième tome vient de paraître (sans Benacquista). Il en existe deux autres. On espère une édition française prochaine.

PARKER T1
LE CHASSEUR
AUTEUR : DARWYN COOKE
D'APRES L'OEUVRE ORIGINALE DE RICHARD STARK

Par Hervé - Publié dans : comic-book - Communauté : autour de la BD
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

QUI SOMMES-NOUS ?

Qu'est-ce que Temps de Livres ? Pour en savoir plus suivez le lien. Pour des renseignements, n'hésitez pas à nous contacter par mail ou à nous rendre visite sur la page Facebook

ME SUIVRE

Syndication

  • Flux RSS des articles

PROCHAINEMENT

 

 

 



JE PARTICIPE

dialogue croiselogo4.png

logo-top-bd
   logo-auracan
mgrb

Recherche

Catégories

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés