Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 08:27

 

rue-des-livres-bus.jpgLa journée n'aurait pas dû être chargée, mais on découvre à chaque fois des surprises. A l'arrêt du bus « Blizz », la station avait été remodelée pour en faire un salon cosy. Tout était en place pour que les curieux s'arrêtent : coussins, accueil chaleureux, thé (il manquait du café, mais on ne peut pas penser à tout)... Les hôtes de cet arrêt-salon étaient Irène et Etienne de La Rue. Ils proposaient aux passants d'écouter des nouvelles, mais pas n'importe lesquelles... Celles écrites par les auteurs invités. Le thème était : « de ma fenêtre, je vois la rue... ». Si les deux comédiens déclamaient tour à tour ou ensemble, le hasard m'a fait entendre celles d'Hervé Jubert et de Thomas Geha. Un exercice à l'opposé de leurs thématiques familières, mais qui fonctionne. Envoûtés par les voix, les auditeurs devenus invités-spectateurs font abstraction des micros et des casques. Une situation incongrue qui augmente quand on s'aperçoit que les comédiens déclament les textes avec un livre étranger ou 32 décembre d'Enki Bilal à la main... Rien de tel pour vous plonger dans l'ambiance printanière du festival Rue des Livres.

Printanière ou estivale, qvec la température qui règne sur le site. Qu'importe ! Les gens bavardent, regardent, achètent dans une ambiance sympathique. C'est sans doute le décor champêtre qui fait son effet. Si nous sommes sur un festival littéraire, n'oublions pas que certains ont des difficultés pour apprendre le langage oral et écrit. On les appelle les Dys ! Derrière ces trois lettres se cachent différents troubles cognitifs qu'on peut compenser si une rééducation est adaptée. Pourquoi je parle de ça ? Premièrement, l'AAPEDYS35était présente et ils font un travail formidable. Deuxièmement, Yaneck, avec l'association  La Lune Rousse , en partenariat avec l'AAPEDYS35met en place une journée jeux de rôle pour que les adolescents Dys puissent se rencontrer. Adapté, l'imaginaire peut se transmettre à tout le monde. En les écoutant parler, je m'aperçois qu'il ne faut pas grand-chose pour que des personnes mises de côté, soient de nouveaux intégrées (police de caractère  adaptée, façon de faire, etc). Une belle initiative à suivre de très près.

Après cet intense échange, je fais ma dernière rencontre : Sophie Dabat. Comme elle le dit elle-même, on ne peut pas la rater. Les cheveux bleus qui dépassent du stand Critic sont comme un étendard. Encore une preuve que l'habit ne fait pas le moine (ici que la couleur ne fait pas le otaku). Jeune femme au parcours original, elle cumule travail-financier et travail-passion, sans oublier la vie de famille. Si vous passez sur un salon, n'hésitez pas à discuter avec elle. Sophie est avenante, elle sait vous présenter ses univers sans oublier plusieurs anecdotes (Autant que Sylvie Milleret son cyclotron ?). Quant à cette dernière, elle m'explique comment fonctionne le canot du Nautilus (version 20 000 lieues Sous Les Mers et Mystère en Atlantide). L'univers de Lasser, Détective des Dieuxest plausible, mais quel travail de cohérence pour les auteurs !

Après avoir fait un dernier tour, l'heure de partir est arrivée. Je salue les auteurs avant de retrouver la chaleureuse gentillesse de mes hôtes. C'était la première fois que je parcourrai la Rue des Livres, mais j'espère que ce n'est pas la dernière.

 Pour retrouver la première journée

Partager cet article

Repost 0
Published by Hervé - dans Evènements
commenter cet article

commentaires