Mardi 20 septembre 2011 2 20 /09 /Sep /2011 12:11

Par Hervé

the-city-and-the-city.jpgBeszel est une ville de l'Europe de l'est. Tyador Borlù y est inspecteur à la Brigade des Crimes Extrèmes. Sa prochaine enquête aurait dû être routinière : une prostituée s'était faite tuée, sauf que plusieurs détails ne concordaient pas. Avec l'aide de l'agent Corwi, ils découvrent que la victime avait plusieurs identités, qu'elle s'intéressait aux groupes nationalistes et qu'elle venait d'Ul Qoma. Ul Qoma, la ville dans la ville. Bien que voisines, Beszel et Ul Qoma sont deux pays différents, aux règles singulières. Notre inspecteur va s'apercevoir que malgré un franchissement de frontière illégale (rupture), on ne lui accorde pas le droit d'en appeler à la Rupture, cette mystérieuse entité aux pouvoirs illimités. Qui veut faire capoter l'affaire ? Pourquoi les indices pointent sur la troisième ville (légendaire) Orsiny ?

Première constatation avant lecture: The city and the city est publié dans la collection Noir et Thriller de Fleuve noir. Le livre a reçu pourtant plusieurs prix dans la catégorie science-fiction. Après lecture, il est évident que la forme est un polar, mais le fond reste imaginaire. De l'imagination, China Mieville en possède. Deux villes entremêlées, mais de nationalité différentes. Langages, habitudes, architectures sont distinctes. Si les besz et les ulqomans se "côtoient", ils s'occultent les uns les autres. Il existe une frontière pour passer légalement du côté ulqoman ( ou besz), et malheur à celui qui franchirait (par mouvement, vue, ouîe...) autrement l'invisible barrière. La Rupture guette...
C'est dans cet univers particulier que se passe l'enquête de Tyador Borlù. Une enquête particulièrement complexe puisqu'elle se passe dans les deux villes. Si l'inspecteur est intègre et respecté à Beszel, il n'est qu'un visiteur/consultant à Ul Qoma. Fausses pistes, jeux de pouvoir et rivalités citadines sont au coeur de l'histoire. L'auteur y déploie un sens aigu de la narration. Dès les premiers mots, China Mieville attrape le lecteur pour ne plus le lâcher. Par le biais du personnage principal, il explique la situation particulière de la ville, petit à petit, prenant son temps, tout en déroulant le fil de l'histoire.  Ecrit en trois parties, The city and the city se décline en trois ambiances différentes, comme trois vues de la ville.

China Miéville aime jouer avec le langage. Il le démontre ici en manipulant la langue. Si les français que nous sommes apprécient la poésie de China Miéville, c'est aussi par le travail de Nathalie Mège, Traductrice de l'auteur depuis 2003.
 
Avec brio, China Mieville décrit deux villes entremêlées, mais totalement différentes. Du langage à l'attitude, de la nourriture à l'informatique, tout sera disséqué, mais pas jugé. Le lecteur découvrira Beszel et Ulqoman comme un "touriste" : vierge de toute influence. Un roman policier dans un univers "bizarre". China Mieville s'empare des codes pour bâtir son propre univers. Fascinant !

THE CITY AND THE CITY
AUTEUR : CHINA MIEVILLE
COLLECTION : NOIR ET THRILLER
EDITIONS : FLEUVE NOIR

Publié dans : Fantastique - Ecrire un commentaire
Communauté : Temps X - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés