Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 06:31

uw1_t1.jpgDans le futur, un "mur" est apparu près de Saturne. La troisième flotte de l'United Earthes Force y envoie une sonde. Les scientifiques de la flotte récupèrent les données, mais une copie parvient à Kalish. Celui-ci, membre de l'escadrille Purgatory, a une théorie sur le "mur".  Mais les évènements au sein de l'escadrille se multiplient. Le destin est en marche.

Premier tome d'Universal War One, "La Genèse" n'est pas exempt de défaut. Principalement quelques erreurs de graphisme qui déforment les personnages, mais cet ensemble de "dérapage" n'empêche pas le lecteur de dévorer le livre, puis de se poser plusieurs questions. Le scénario se base sur trois histoires :
-La science-fiction avec l'épopée spatiale, cette flotte militaire et ce mystérieux mur apparu depuis deux semaines. Apparemment, il serait le point de départ de la première guerre universelle.
-L'humanité avec ce groupe d'officiers, dont l'attitude est loin des militaires. On apprendra qu'ils sont tous en attente de jugement.
-La religion avec ces chapitres énonçant la Bible de Canaan, les thèmes qui évoquent la religion (genèse, purgatory).
Parfaitement imbriquées les unes aux autres, ces histoires permettent de définir un récit, dont on ne sait pas grand-chose, mais qui est intriguant. En 7 chapitres feuilletonnant et un prologue, Denis Bajram, chef d'orchestre de Universal War One (scénario, dessin, couleurs, design graphique) mélange récit intimiste et histoire à grand spectacle.
Toutes les scènes spatiales sont immenses, avec des décors de planètes, d'étoiles, de vaisseaux parfaitement designés. A noter que dans la plupart des cases, il n'y a aucune onomatopée de bruit dans l'espace (pas d'oxygène, pas de bruit). Les amateurs de science apprécieront. Côté couleur, c'est noir. L'espace autour des personnages est vide, contrastant avec les cases mettant en scène les planètes. Le lecteur ne peut s'empêcher de se sentir perdu dans cette immensité.
A contrario, les scènes intimistes sont écrasantes. Cases en gros plan, lumières venant du dessus, et ces couleurs qui oscillent entre le rouge et le gris. Des plans anxiogènes qui mettent mal à l'aise. Tout un programme !

46 pages de mise en bouche font généralement tomber l'album dans l'oubli, mais le travail de l'auteur sur ce qui fait un livre( maquette, scénario, graphisme) font de cette "introduction", une claque visuelle et scénaristique.

UNIVERSAL WAR ONE T1 : LA GENESE
AUTEUR : DENIS BAJRAM

LABEL : QUADRANTS
EDITIONS : SOLEIL

Partager cet article

Repost 0
Published by Hervé - dans Bande dessinée
commenter cet article

commentaires

Yaneck 13/09/2013 18:40


Tu fais fort bien, je suis super enthousiaste à l'idée de lire la seconde saison

Yaneck 13/09/2013 06:59


Toi, tu prépares la sortie d'UW2, je me trompe? ^^

Hervé 13/09/2013 08:09



Tu as raison Yaneck. préparation pour moi mais aussi pour les lecteurs.