Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 07:01

lasser-tome-3.jpgToujours attablé au Sheramon, Jean-Philippe Lasser se délecte de son précieux 16 ans d'âge. Plus pour très longtemps car les dieux ont décidé de faire appel à lui. Cette fois, c'est Zeus en personne. La déesse Isis lui a prêté "son" détective. L'affaire est des plus coriaces. Il faut retrouver l'Atlantide, disparu depuis trois mille ans. Notre détective n'a pas le choix, il doit accepter malgré son appréciation très modéré de l'élément liquide. Heureusement les dieux payent bien et Lasser peut compter sur ses amis pour venir à bout des difficultés.

Sylvie Miller et Philippe Ward auraient pu se reposer sur les lauriers des deux premiers tomes. C'était mal connaître le duo. Le premier tome montrait l'univers, le second le cultivait. Quant au troisième, il chamboule tout et ce, dès les premières pages. Les auteurs n"hésitent pas à jouer avec ce fabuleux univers pour le plus grand plaisir des lecteurs (et des auteurs dixit Sylvie Miller). Comme un grand roman feuilleton, on suit l'intrigue principale et l'enquête se dénouer petit à petit. Premier changement, Lasser et ses compagnons voyagent à travers la Mare Nostrum. Goélette, sous-marin, tapis-volant... Tous les déplacements sont prévus. Bout, boulons, ris, ancre, il ne manque rien. Sylvie Miller, experte en mécanismes divers y veille. Quant au déplacement dans le Nautilus, c'est un bel hommage à Jules Verne.
Les personnages rencontrés sont hauts en couleurs. La mythologie grecque n'a jamais été aussi remaniée. Homère aurait-il apprécié la parodie de son oeuvre ? Sûrement, puisqu'elle s'en fait "la suite". Seuls les dieux restent fidèles à eux-mêmes : tyrans, imbus de leurs pouvoirs. Véritable "page-turner", Mystère en Atlantide réserve son lot de surprises : retournement de situation, confession de personnages, mais les auteurs n'essayent pas d'épater le lecteur. Ce n'est pas un catalogue de chapitres chocs ou d'effusion de sentiments. Savamment dosé, le rythme du récit sait se modifier alors que le tempo est toujours allant (andante pour les musiciens). Une jolie performance pour un pavé de 350 pages.

Le premier tome m'avait enchanté, le deuxième moins, mais ce troisième tome retrouve toute la verve et le dynamisme de la série. Fort en émotions, en surprises, on prie les dieux pour un quatrième tome.

La chronique du premier tome

LASSER,DETECTIVE DES DIEUX T3 : MYSTERE EN ATLANTIDE
AUTEURS : SYLVIE MILLER ET PHILIPPE WARD
COLLECTION : FANTASY
EDITIONS : CRITIC

Repost 0
Published by Hervé - dans Fantasy
commenter cet article
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 14:00

batard-de-Kosigan.jpgEn 1899, Michaël Konnigan est professeur d'archéologie médiévale. Alors qu'il est en Russie, un paquet lui parvient de France. Celui-ci contient des documents sur son héritier direct Pierre Cordwain de Kosigan. L'affaire semble sérieuse, le jeune professeur part en quête de son mystérieux ascendant.
En 1339, Pierre Cordwain de Kosigan dit le "Bâtard" se rend en Champagne. Officiellement pour le tournoi de la Saint-Rémi, dont la récompense s'élève à 2000 livres parisis (2 000 000 d'euros). Mais tous ceux qui connaissent la réputation de ce mercenaire d'élite savent que le "Bâtard" n'est pas là par hasard. Pour quelles manigances est-il présent ?

Dans les clichés de la fantasy, l'histoire se déroule dans un royaume lointain, voire au royaume de France, il y a très longtemps. Généralement, il n'y a aucune corrélation entre l'histoire officielle et celle du récit. Fabien Cerutti, agrégé d'histoire a trouvé "une faille temporelle". Son histoire se déroule au XIVeme siècle, avec des personnages historiques comme Guillaume le Maréchal ou Edouard III d'Angleterre. A côté, on trouve des personnages factices mais non moins intéressants. Ce mélange est déjà détonnant mais ressemble à un roman historique, voire une uchronie. L'auteur va aller plus loin en insérant les ingrédients de la fantasy : races anciennes (elfes, orcs, etc), magie, mais à contrario de nombreuses oeuvres, elles se placent en toile de fond, voire en rôle secondaire. Quant à l'ambiance, oubliez les films et les récits chevaleresques. La vie est dure, on prend son plaisir où l'on peut et les complots politiques sont légions. N'allez pas imaginer que ceci est l'apanage des hommes. Les femmes dépeintes ont du caractère et l'expression "sexe faible" n'a jamais été aussi fausse.
En parallèle de ce XIVeme siècle, on trouve Michaël Konnigan, descendant direct de Pierre Cordwain de Kosigan. Au fur et à mesure de son récit épistolaire, on en vient à douter de son héritage. Par contre, son enquête intéresse des gens mystérieux prêts à toutes les manigances.
Pour insérer les deux récits (celui de 1339 et celui de 1899), l'auteur les mène en parallèle. Finalement, on n'a pas une histoire, mais deux. D'un côté un récit politico-chevaleresque, de l'autre, une enquête policière épistolaire. Sans vous révéler la fin, on espère qu'il y aura une suite, mais celui-ci peut se lire indépendamment.

Ce livre de plus de 350 pages trouve sa source dans un jeu de rôle sur pc : Neverwinter Nights. 6 aventures du bâtard de Kosigan paraissent et la communauté rôliste est séduite. Pendant deux ans de suite, le scénario est numéro 1 dans le top 10 des meilleurs scénarios sur le site dédié au jeu. A la suite de ce succès, Fabien Cerrutti s'attaque à scénariser sa création en bande dessinée. Malheureusement, malgré 6 ans de travail, le projet tombe à l'eau. Depuis 2011, l'auteur a repris la plume, cette fois pour les éditions Mnémos. Un parcours de combattant pour un récit et des personnages sensationnels.

L'Ombre du Pouvoir n'est pas à réserver à une partie des lecteurs. Les personnages sont complexes, les ambiances légitimes. Amateurs d'histoire, rôlistes ou simple lecteur, plongez dans ce fabuleux récit de Fabien Cerutti.


Pour ceux qui voudraient approfondir cet univers, Fabien Cerutti a son blog

LE BÂTARD DE KOSIGAN : L'OMBRE DU POUVOIR
AUTEUR : FABIEN CERUTTI
EDITION : MNEMOS

CITRIQ

Repost 0
Published by Hervé - dans Fantasy
commenter cet article
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 13:49

amandine-malabul.jpgA l'Académie Supérieure de Sorcellerie, on apprend à devenir la meilleure des sorcières. Amandine Malabul, élève de première année essaye de faire au mieux de ses possibilités, mais elle est la plus maladroite des sorcières. Qu'elle ne fasse rien ou qu'on la mette sur le droit chemin, invariablement, son prochain pas sera une bêtise. Heureusement qu'elle peut compter sur ses amies.

Lorsqu'on ouvre Amandine Malabul, on pense lire un Harry Potter au féminin, voire un livre qui profite du succès de la série. En fait, la série de Jill Murphy a été publiée dans les années 70. On peut trouver quelques similitudes avec la série de J.K Rowling : le pensionnat, les uniformes, les leçons de vol, mais le ton est très différent. Amandine est victime de sa maladresse et tout semble se liguer contre elle. Du balais cassé au chat peureux en passant par l'oubli des formules, la pauvre élève attire tout ce qui peut lui donner de nouveaux ennuis. Comme si ça ne suffisait pas, l'Académie Supérieure de Sorcellerie est très stricte. Les nombreux règlements, les uniformes et la présence de Mademoiselle Bâtonsec font de l'établissement un endroit où la discipline est de rigueur. Heureusement, Mademoiselle Jolidodue, directrice, préfère la douceur. Il lui en faudra pour passer outre les bêtises d'Amandine.
Avec cette présentation, on pourrait croire qu'Amandine Malabul est un guide à ne pas suivre, mais Jill Murphy préfère l'humour à la pédagogie. Dans un style vif et détaillé, l'auteur se moque gentiment de tout le monde. Tous les personnages ont des caractéristiques dont on peut rire, mais il n'est jamais question de méchanceté (a part Octavie Pâtafiel). Si l'héroïne s'en sort à chaque fois, c'est grâce à ses amies ou au hasard.

Les jeunes lecteurs prendront plaisir à renouer avec l'univers de la magie. Ils suivront avec délice cette jeune sorcière maladroite, qui essaye de s'en sortir. Tout en jouant avec le thème Des Malheurs de Sophie (ce qu'il faut faire/ne pas faire), Jill Murphy préfère rire du malheur de ses personnages et aller de l'avant. Une excellente initiative qui illumine notre lecture.

AMANDINE MALABUL APPRENTIE SORCIERE
AUTEUR : JILL MURPHY
EDITIONS : GALLIMARD JEUNESSE

Repost 0
Published by Hervé - dans Fantasy
commenter cet article
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 20:18

mystere-hareng-saur.JPGRevoilà Thursday Next. Non pas l'originale, mais celle du roman. Alors qu'elle essaye de remonter le niveau de lecture de son propre livre, on lui confie une enquête "pour qu'elle se fasse les dents". Très vite, elle s'aperçoit que la véritable Thursday Next est introuvable, alors qu'elle doit mener les pourparlers de paix entre le Roman Grivois et la Littérature Féminine. Si un triple travail n'effraie pas la Thursday Next originale, que va-t-il se passer pour celle du roman (bientôt soldé), connue pour son incompétence ?

Avec ce sixième tome de la série Thursday Next, Jasper Fforde change d'héroïne. Place à une adaptation de l'héroïne. La dite-adaptation ayant un caractère voulu par son modèle original, mais qui ne convient pas à grand monde (ils préféraient la version sexy qui dégainait d'abord avant d'écouter les explications).

Ce n'est pas la seule différence puisque si l'univers de la série se passe dans le monde réel et dans le Monde des Livres, celui du  Mystère du Hareng Saur se passe dans les livres (à quelques pages près). Il faut dire que ce monde fictionnel a bien changé. Il a été totalement refondu dans une nouvelle version et la Fiction devient une île. Si le talent de l'auteur est toujours intact pour écrire des trouvailles (comment se comporte un personnage dans le monde réel, comment on se saoule dans un roman...), il manque cette interaction livre-monde réel qui plaisait tant. Le lecteur découvrira différents genres littéraires, fiction, à compte d'auteur, fandom. Autant de monde que Jasper Fforde nous fait visiter en décrivant les divers aspects culturels. Au-delà de l'enquête et de sa résolution (géniale), Le Mystère du Hareng Saur est avant-tout un guide du Monde des Livres.
Et notre héroïne de fiction ? Elle se débat comme elle peut entre tous ses problèmes. Composer Thursday Next sans l'être mais en le faisant croire à d'autres n'est pas de tout repos. Heureusement, elle est secondée par un majordome mécanique qui fait des cocktails apparemment divins (malgré la composition hasardeuse) et sait se rendre utile. D'ailleurs, les rôles secondaires sont tous mérités. De la remplaçante de l'héroïne de fiction au personnage de Sacrifié, Jasper Fforde (qui doit se poser de drôles de question quand il lit un roman...) à une imagination débordante... Pour notre plus grand plaisir de lecteur. C'est l'essentiel.

Comme à chaque tome, on félicite le traducteur (Jean-François Merle) qui fait de son mieux pour que les différences de langage entre anglais, français et littératures de chaque pays, n'apparaissent pas.

LE MYSTERE DU HARENG SAUR
AUTEUR : JASPER FFORDE
EDITIONS : FLEUVE NOIR

Repost 0
Published by Hervé - dans Fantasy
commenter cet article
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 15:57

Lasser-1.jpgA la suite d'une affaire qui a mal tourné, Jean-Philippe Lasser, détective privé arrive au Caire. S'il ne résout que des petites affaires, son futur pourrait changer. La déesse Isis l'a choisi pour récupérer le manuscrit de Thot. Obligé de se plier aux ordres de la déesse, Jean-Philippe Lasser découvre un monde inconnu et dangereux. Les dieux sont manipulateurs, jaloux, égoïstes, égocentriques, avec un sens de l'humour particulier... Mais les enquêtes successives feront de notre héros, le détective des dieux.

Voilà un recueil de nouvelles qui sort de l'ordinaire. Les dieux sont parmi nous. Si l'action se passe essentiellement en Egypte, on rencontre d'autres divinités (gauloises, grecques...). Si on se trouve en 1935, certains éléments technologiques dénotent dans le paysage (dont une coccinelle rose).
Alors qu'on pourrait s'attendre à un super détective ayant des pouvoirs ou faisant de la magie, Jean-philippe Lasser n'est rien de tout cela. Détective de seconde zone, il a été choisi pour son honnêteté. Têtu, râleur, appréciateur d'un whisky sec (16 ans d'âge), il ne fait pas le poids face aux dieux. C'était sans compter sur les défauts cités plus haut. Notre héros les tournent à son avantage. N'hésitant pas à bousculer le protocole, il démêle d'une façon ou d'une autre les affaires des divinités.
On retrouve le héros récurrent et évolutif, qui, d'un récit à un autre développe son univers. On suit avec beaucoup d'humour les mésaventures de ce détective privé. Entouré de personnages secondaires caractéristiques, c'est tout un pan de la littérature policière que l'on retrouve. Entre les gros bras, les mafieux, les indics... Ils sont tous présents, mais en version fantasy égyptienne. Les auteurs que sont Sylvie Miller et Phillipe Ward ne sont pas à leurs premiers écrits. Sous le pseudonyme de Noir Duo, ils sont coupables de plusieurs nouvelles. D'autre part, ils ont tous les deux des activités éditoriales. S'ils baignent dans le milieu de l'imaginaire, ils n'ont pas oublié leur passion et l'humour. Avec Lasser, Détective des Dieux, ils se mettent au niveau des classiques tels Garrett, Détective Privé (Glen Cook), la série des John Dortmunder (Donald Westlake), Pierre de Gondol (Collectif) ou Mongo le Magnifique (George Chesbro).

LASSER, DETECTIVE DES DIEUX T1
AUTEURS : SYLVIE MILLER/PHILIPPE WARD
COLLECTION : FANTASY
EDITIONS : CRITIC

Repost 0
Published by Hervé - dans Fantasy
commenter cet article
9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 17:09

petits-monstres-colin-guerlais.jpgLa dernière invention de Jack (squelette de son état) est merveilleuse. C'est une porte dimensionnelle ! Quand Gaëtan (terrien de son état) arrive chez les petits monstres... Impossible de le renvoyer chez lui. Comment vont-ils faire ?

Si on en croit la biographie de Fabrice Colin "ses livres sont emplis de rêves, de monstres, de forêts profondes et de morts bizarres". Vu sa production, c'est certain, mais il écrit dans plusieurs genres et adapte le récit selon le lectorat. Dans la série Les Petits Monstres, il initie les jeunes lecteurs aux mondes imaginaires. Ses héros sont des enfants presque normaux (vampire, fantôme, squelette, démon). Ils se comportent comme tous ceux de leur âge. Les différentes aventures qu'ils traversent sont courtes, bien menées et on défend la morale. Dans ce tome, il est question de différence. Malgré leurs particularités, Gaëtan doit-il avoir peur des petits monstres ? Faut-il se moquer des gens différents ?
Avec son graphisme doux, ses têtes rondes, Gérald Guerlais dessine un monde quelque peu inquiétant, mais toujours adouci par une couleur, une mimique. Son dessin colle très bien au récit de Fabrice Colin.
Sans être totalement effrayant, le lecteur aura quelques frissons avec ce récit construit comme un feuilleton. Des créatures fantastiques, du danger et du suspens. Les pages de garde permettent d'en savoir plus sur les protagonistes; le monde de Ténébria... Un quizz attend le lecteur à la fin, pour savoir s'il a bien suivi l'histoire.

Une belle idée : faire lire l'enfant, le confronter à d'autres mondes différents. Bien qu'adapté à son âge, les auteurs n'oublient pas de créer un bon récit. Voilà qui devrait plaire à nos petits monstres !

LES PETITS MONSTRES T5 BIENVENUE, TERRIEN
AUTEUR : FABRICE COLIN
ILLUSTRATEUR : GERALD GUERLAIS
COLLECTION : CASTOR POCHE CADET
EDITIONS : FLAMMARION

Repost 0
Published by Hervé - dans Fantasy
commenter cet article
5 novembre 2013 2 05 /11 /novembre /2013 16:12

mathieu-hidalf-et-la-bataille-de-l-aube.jpgAyant prononcé le serment noir, Mathieu Hidalf se retrouve banni de l'école. Si les apparences sont trompeuses, toute l'école est derrière lui, mais le règlement exige qu'il soit renvoyé. Préférant devenir adulte, Mathieu décide d'utiliser le sommeil maléfique. Ainsi, il s'endormira jusqu'à ses dix-huit ans.

Quatrième tome de la série de Christophe Mauri. Si le lecteur était éprouvé par le troisième tome, il ne sera pas déçu de celui-ci. L'école des élitiens renferme bien des secrets et l'auteur ne les révèle qu'au compte-goutte. Passages secrets, combats "d'arbres" et magies sont le complément essentiel de ce récit. Quant au ressenti principal, on est plus proche du roman policier avec une pointe de tragédie. En effet, Mathieu Hidalf est loin d'être présent. Ayant avalé un sortilège, il passe au second plan, mais son influence reste présente.
Ce sont donc les personnages secondaires, voire la figuration qui font avancer l'intrigue. L'auteur épaissit ses personnages, élargit l'univers et malgré les règles qui régissent l'école, la noblesse, il le fait rendre plus crédible. Quant au roman policier, il est présent par bien des façons : comment réveiller Mathieu ? Qui est l'élitien noir ? L'école va-t-elle fermer ? Les frères Estaffes sont-ils parmi nous ? Plusieurs qui ne trouveront pas forcément une réponse. Christophe Mauri n'a de cesse de nous promener au gré de son écriture efficace.
Un quatrième tome qui permet de faire une "pause", tout en pointant divers changements (regardez la couverture pour le dévoilement d'une partie de l'intrigue). Le ton devient de plus en plus sombre, même si la fibre comique est toujours présente. C'est le seul bémol des deux derniers tomes. L'auteur ne va-t-il pas basculer dans une saga comme Harry Potter (chaque tome étant de plus en plus sombre) ?
Ne boudons pas notre plaisir en lisant l'univers crée par Christophe Mauri. Il nous l'interprète de telle façon qu'on pourrait se demander s"il n'en est pas originaire.

MATHIEU HIDALF ET LA BATAILLE DE L'AUBE
AUTEUR : CHRISTOPHE MAURI
EDITIONS : GALLIMARD JEUNESSE

 

La chronique du tome 1

Repost 0
Published by Hervé - dans Fantasy
commenter cet article
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 08:33

mordred.jpegAlité, perclus de terribles douleurs, Mordred se souvient. Son enfance, son apprentissage de chevalier, Arthur son oncle. Entre deux délires le ramenant au passé, Mordred attend... Qu'on le soigne ou qu'il meurt. Dans ces deux destins, il y a toujours un prix à payer.

Avec Mordred, Justine Niogret fait le portrait du plus détesté des chevaliers. Fruit des amours incestueux de Morgause et Arthur, il se révèle perfide, sombre, traître... pour la version arthurienne, car celle de Justine Niogret est toute autre. Oubliez la quête du Graal, les chevauchées romantiques de Lancelot ou le fracas des batailles avec Excalibur. Si le roman est court (165 pages), il est digne d'une épopée. L'auteur y apporte toute sa science des mots. Chaque phrase est choisie précisement, chaque mot est pesé pour que le sens "éclate" dans la bouche du lecteur. Il en résulte une narration lancinante, âpre, qui n'est pas donnée à tout le monde. Les récits de Justine Niogret se méritent et Mordred en est la nouvelle preuve.
Bien que la source du texte fasse partie des légendes, le ton donné ressemble plus au fantastique. Quel est le rêve ? Quelle est la réalité ? Qui sont les protagonistes qu'on aperçoit sans vraiment les connaître ? Seul Mordred peut y répondre.
Si on suit la rude vie moyenâgeuse, les différentes scènes de vie quotidienne tiennent presque du documentaire. On ne parle pas d'équitation, mais de fusion entre l'homme et l'animal. On ne parle pas de bataille, mais de douleurs et de stratégies, engoncés dans une armure. On en vient presque à plaindre Mordred, puis à le pleurer, car son geste fatidique permet de relever le destin d'Arthur.

Les héros de Justine Niogret sont rarement innocents. En choisissant Mordred, elle fait de ce personnage un héros maudit. Une épopée tragique écrite avec talent.

MORDRED
AUTEUR : JUSTINE NIOGRET
COLLECTION : DEDALES
EDITIONS : MNEMOS

Repost 0
Published by Hervé - dans Fantasy
commenter cet article
17 août 2013 6 17 /08 /août /2013 15:27

qui-a-peur-des-dragons.jpgQuand  Brock prend Ansel sous son aile, c'est pour aller chasser le dragon. Engagés par le Landgrave, ils doivent rallier le village de Knochen. Celui-ci est la proie du monstrueux animal.
Quand son maître lui assure que les dragons n'existent pas, Ansel devrait le croire, non ?

Voilà un roman qui sort de la production habituelle. La première partie fera croire aux lecteurs que les dragons n'existent pas. Croyances, sacrifices, chasseurs de dragons n'y changeront rien. Ce plaidoyer, asséné par Brock, lui-même chasseur de dragon, fait croître une certaine assurance en Ansel. Les pages défilent et malgré le refrain "Les dragons n'existent pas", on sent un doute, une hésitation. L'auteur va prouver le contraire dans une deuxième partie mêlée de fantasy. Mais alors qu'il pourrait céder aux clichés de ces animaux fabuleux, Philip Reeve va les décrire différemment.
Avec une action qui n'en finit pas d'aller crescendo, Philip Reeve accroche les lecteurs. Il est tour à tour conteur, pédagogue ou historien. La psychologie des personnages est bien trouvée. Dans ce roman presque réaliste, il n'y a pas de héros et les humains préfèrent les croyances et l'appât du gain à quelques minutes de réflexion.

Comment apprendre une leçon sur le Moyen-Age, tout en lisant un roman fascinant ! Voilà, en résumé, ce que nous apporte Philip Reeve avec ce récit astucieux. Que vous croyez ou pas aux lézards volants, ce roman intelligent ne vous laissera pas indifférent.

QUI A PEUR DES DRAGONS ?
AUTEUR : PHILIP REEVE

COLLECTION : FOLIO JUNIOR
EDITIONS : GALLIMARD JEUNESSE

Repost 0
Published by Hervé - dans Fantasy
commenter cet article
5 août 2013 1 05 /08 /août /2013 11:22

lily_et_la_magie_defendue.jpgAu XIXème siècle en Angleterre, la magie est interdite. Ceux qui ont des pouvoirs se cachent. C'est le cas de Lily. Exilée sur une île avec sa famille, la petite fille vit une existence misérable parce qu'elle n'a pas de pouvoir (contrairement à sa soeur). Un évènement va chambouler la vie des deux enfants. Seule issue logique : le continent, puis Londres. Mais quand on ne connaît pas les règles de savoir-vivre, qu'on est lié à la magie, comment survivre ?

Ce premier tome de Lily est une aventure  qui plaira aux jeunes lectrices. Nos deux héroïnes trouvent dans la fuite, le lien familial qui avait disparu. Malgré leurs âges (dix et douze ans), elles réussissent à se débrouiller dans ce Londres où toute magie peut faire intervenir un homme de la reine. Heureusement, elles sont discrètes et peuvent compter sur leurs amis : Henrietta, une chienne qui parle et Daniel, le prestidigitateur.
Lily est un personnage intéressant. Elle apprend à compter sur elle-même, n'hésite pas à aider son prochain. Courageuse et vive d'esprit, elle n'hésitera pas à sauver sa soeur des griffes maternelles. Georgie semble un peu plus effacée. Jetée dans un monde où la magie est interdite, elle sera désemparée. Les héroïnes ont pour compagnon une chienne qui parle : Henrietta. Celle-ci est l'indispensable élément comique de la série.
Indispensable, c'est le mot. Avec comme ennemis, leur mère et les hommes de la reine, Lily et Georgie doivent se débrouiller seules. L'ambiance du XIXème siècle est bien rendue et fera frissonner les têtes blondes. Même si la magie est présente, l'auteur n'en abuse pas.

Alternant retournements de situation, aventures magiques et humour, ce premier tome laissera peu de repos à nos héroïnes. Les jeunes lectrices seront ravies de cette nouvelle série mélangeant "Les Petites Filles Modèles" avec un brin de magie.

LILY ET LA MAGIE DEFENDUE T1
AUTEUR : HOLLY WEBB
EDITIONS : FLAMMARION

Repost 0
Published by Hervé - dans Fantasy
commenter cet article