Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 15:48

edgar-rice-burroughs-tarzan-seigneur-de-la-jungle.jpgAlors que John Clayton (Lord Greystoke) et sa femme partent en expédition en Afrique occidentale, ils sont débarqués au milieu de la jungle. Enceinte, Alice met au monde un garçon. Malheureusement, les deux parents ne survivent pas et l'enfant est recueilli par une guenon, Kala. Elle appellera le petit d'homme Tarzan (peau blanche).

Quand on évoque Tarzan, plusieurs images parviennent à notre esprit. En effet, le roman fut adapté de nombreuses fois au cinéma, à la télévision ou en bande dessinée. Qui n'a pas essayé de se balader de cordes en cordes, d'imiter le cri de Tarzan ou de poser avec un pagne ? Sauf qu'entre les adaptations et le roman (premier du nom), il y a plusieurs différences. Que ce soit l'aspect physique, les évènements, etc. Une seule chose ne change pas : l'aventure !
Edgar Rice Burroughs raconte en quelques 200 pages, l'épopée de ce petit garçon élevé dans la jungle, mais qui va se confronter à la civilisation. Publié d'abord en épisodes avant que l'éditeur Thomas Metcalf ne décide de le vendre en roman, le récit se doit de conquérir le public. Pour cela, les évènements doivent se succéder. Burroughs ne va pas lésiner sur les moyens : chasse au trésor, combat avec des bêtes féroces, tribus africaines, mutinerie, etc. Pour qu'on ne mette pas en doute son récit, il explique que l'histoire lui a été relatée par une personne, documents à l'appui. De plus, Burroughs change les noms : Lord Greystoke n'a donc jamais été le véritable patronyme de notre homme-singe préféré (s'il avait existé). Tous les personnages sont plus ou moins esquissés. Si nous avons beaucoup de personnages, on pourra se rendre compte qu'il y a deux éléments comiques : le professeur Porter et son assistant Samuel T. Philander. L'un et l'autre veulent discuter philosophie au milieu de la jungle. Dialogues rythmés par les "Ta ta ta ta" du professeur. Des personnages invraisemblables dans ce roman. Comme l'histoire a été écrite au début du XXème siècle, tout ce qui relève d'une autre couleur de peau est vu différemment. Les villageois noirs sont idiots, couards et la servante de Jane n'arrête pas de gémir en roulant des yeux. Seul "véritable" homme de la partie, Clayton a du courage et de l'intelligence pour tout le groupe. Quant à Jane, c'est un personnage ayant du caractère. Elle sait garder son calme et agir en conséquence. On est loin de la jeune femme en détresse des films.

Le seul reproche qu'on pourrait faire à ce roman (qui peut se lire indépendamment), c'est la coupure nette entre le roman "fantastique" d'un garçon élevé dans la jungle et celui du roman d'aventure, quand il rencontre ses semblables. Cette deuxième partie, plus classique, confronte Tarzan avec le monde dit civilisé. Burroughs en profite pour critiquer ses semblables. Pour revenir à la première partie, on suit Tarzan qui se découvre différent des singes, qui apprend à lire, à écrire et ce, en plusieurs années. Emporté par le récit, le lecteur ne fera pas attention à la rigueur scientifique et c'est tant mieux.

Premier roman d'une vingtaine de tomes, Tarzan est un magnifique récit. Daté, certes, mais qui remporte un engouement certain en ce XXIème siècle. L'exotisme, l'aventure, le danger y sont présents à chaque page. Loin de l'image "infantile" qu'on peut lui donner, Tarzan est violent et agit pour survivre.

TARZAN, SEIGNEUR DE LA JUNGLE
AUTEUR : EDGAR RICE BURROUGHS
EDITIONS : NEO

Repost 0
Published by Hervé - dans Science-fiction
commenter cet article
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 12:39

A l'abri dans Hideout, les résistants à la Cohérence regardent le  monde changer. Un implant, le Lifehook, permet de communiquer instantanément avec le réseau. Un succès planétaire dont la Cohérence peut s'enorgueillir. Face à cette menace grandissante, les résistants décident de frapper. Contrairement à eux, Christopher Kidd pense que ce n'est pas la bonne solution. Face à l'hostilité, il décide de partir pour tenter sa chance : trouver P.O-Man qui doit avoir des informations. De l'Arizona à Londres, en passant par la Bretagne, la course contre l'entité collective continue.

time-out-atalante.jpgLa trilogie Out prend fin et avec elle "l'attaque" d'Andreas Eschbach sur Internet et les réseaux sociaux. Si l'intrigue porte évidemment sur le héros Christopher Kidd, un personnage secondaire va faire son apparition : Brad Wheeler. Celui-ci va "s'opposer" au Lifehook, au point que ses amis le rejettent. Ce n'est que lorsqu'il se sera fait implanter la puce qu'il redeviendra "normal". Une critique de cette hyper-technologie et de la vie virtuelle que l'on mène à travers les réseaux tels que Twitter, Facebook, etc.
Quant à Christopher Kidd, il apprend que l'amour naissant n'est pas facile à gérer. Entre le fait de se déclarer, savoir laisser la liberté à son amie... Des sentiments s'emparent du computer kid. Ceux-ci sont plus difficiles à dénouer que les lignes de code. Si ce troisième tome met fin à l'aventure de Christopher Kidd, elle est effectivement basée sur ses relations avec Serenity Jones. L'intrigue de la Cohérence prenant moins d'importance, au fur et à mesure que les sentiments de Felicity Jones et de Christopher Kidd s'en mêlent. Un changement d'ambiance qui se fait naturellement, mais on regrette l'ambiance tecnho-thriller des premiers tomes. Comme toujours, le côté scientifique est bien renseigné puisque l'auteur ne fait qu'extrapoler les sciences existantes... Et encore, on n'est pas si loin du roman.
Pour l'anecdote, Andreas Eschbach emmène ses héros du côté de la Bretagne, dans le Finistère. Si sa bourgade est issu de son imaginaire, toutes les informations sur l'ambiance qui y règne sont véridiques. Et pour cause, Andreas s'est installé depuis quelques années dans le Finistère, dans une maison qui donne face à l'océan.

Avec cette trilogie (Black Out, Hide Out, Time Out) , l'auteur dénonce Internet tout en montrant qu'il ne faut pas le diaboliser. Tout n'est pas mauvais. Un roman qui s'adresse principalement aux jeunes adultes, cible première de la réalité virtuelle.


Chronique du tome 1
Chronique du tome 2
TIME OUT
AUTEUR : ANDREAS ESCHBACH
EDITIONS : L'ATALANTE

Repost 0
Published by Hervé - dans Science-fiction
commenter cet article
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 21:34

10-facons-de-bouleverser-le-monde.jpgEt si le monde avait été autrement ? De la préhistoire à une anticipation probable en passant par le bug de l'an 2000, 10 auteurs s'interrogent sur l'histoire. 10 uchronies écrites pour réfléchir sur le monde et la fragilité de notre présent.

L'Histoire raconte notre civilisation mais quand on s'y intéresse, on se rend compte que beaucoup d'évènements se sont déroulés à cause d'un changement, quelquefois infime. Telle est l'uchronie. A partir d'un point de divergence, on raconte une autre ligne temporelle.
Après le déluge : Tout en parlant de Noé, Pierre Pelot écrit sur notre futur. Une nouvelle qui fait penser au Maître du Haut Chateau mais, qui interroge sur le pouvoir de l'écriture.
Dans Exode, Jean-Marc Ligny parle d'une possible préhistoire et de la rencontre de deux espèces. Une nouvelle touchante à contrario de l'ensemble de ce collectif.

Avec Le Serpent qui Changea le Monde, Fabrice Colin décrit l'histoire si la chute de Cléopâtre avait été différente. Une excellente réflexion sur les races qui disent dominer le monde.
Michel Pagel, touche à tout littéraire, s'amuse du XVIIème siècle (politique, religion, capes et épées) avec Le Petit Coup d'Epée de Maurevert. Quant à sa postface : mémorable !

Pax Bonarpatia de Johan Heliot mélange histoire véridique et uchronie. Un exercice rondement mené et surprenant. L'auteur, professeur d'histoire, n'a pas son pareil pour raconter une uchronie (rappelez-vous La Lune Seule Le Sait).
Les conséquences de la guerre de 14 sont le théâtre de la nouvelle : L'Affaire Marie Curie. Quand science et guerre ne font pas bon ménage par Laurent Genefort.
Xavier Mauméjean ne cessera pas de nous étonner. Prenant l'un des exemples les plus traités de l'uchronie (Hitler a gagné la guerre), il la traite de manière originale, puisque Reich Zone se passe dans le milieu de la télévision. Son héros n'est autre que Rod Serling.
Notre pays a connu des heures sombres. La ligne de démarcation fut un des plus tristes exemples. Avec De la Part de Staline, Roland C Wagner montre la folie de la jeunesse, mais l'espoir qu'elle peut apporter.
Alain Grousset livre une réflexion sur la mémoire, les évènements qui bouleversent notre société et ceux qui en profitent. La mémoire en Négatif est là pour le prouver.
L'Homme qui Allait Sauver le Monde démontre que si le bug de l'an 2000 n'a pas eu lieu, son incidence sur l'informatique a été terrible. Chris Debien écrit une nouvelle alarmante qui n'est pas si loin de la vérité.

Les 300 pages de ce collectif font réfléchir. L'histoire ne tient qu'à peu de choses. On peut écrire des évènements factices, on peut courber la tête devant l'adversité... De la science-fiction comme arme de philosophie. Un livre à mettre en avant des rayons.

10 FACONS DE BOULEVERSER LE MONDE
AUTEURS : COLLECTIF
COLLECTION : TRIBAL
EDITIONS : FLAMMARION

Repost 0
Published by Hervé - dans Science-fiction
commenter cet article
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 08:05

point-zero_tracqui.jpgUn milliardaire excentrique (et secret) met sa fortune personnelle en jeu pour rechercher un objet en Antarticque. Un vieux soldat de l'ex-URSS met toutes les compétences de son pays pour le rattraper. Au milieu de cette incroyable course-poursuite, Caleb McKay, ex-SAS reconverti dans les missions de sauvetage à risque maximum. Il va découvrir que l'histoire n'est pas celle qui est écrite dans les livres.

Antoine Tracqui, retenez ce nom. En 19 mois, il a écrit un livre de quelques 900 pages. On y retrouve de l'aventure historique, de la science-fiction, du thriller. Plusieurs récits s'entrecroisent et chacun auraient pu être un livre indépendant, mais Antoine Tracqui ne fait pas les choses à moitié, il mélange tout pour notre plus grand bonheur.
Quand on mélange les genres, le plus dangereux est d'avoir un récit qui penche plus pour un genre ou pour un autre. Est-ce la chance du débutant ? L'auteur réussit à doser le tout sans que l'on sache à quel genre il appartient. On pourrait écrire beaucoup de choses positives sur les personnages, la technologie, l'ambiance, mais un point est important : l'action temporelle ! Le récit se situe sur une période d'un mois et tout est noté en temps universel coordonné (UTC). Une logique imparable qui fait s'entrechoquer les évènements. Cette temporalité permet au lecteur de suivre facilement toutes les actions. D'autre part, les scènes d'actions, écrites généralement avec un dictionnaire de superlatif, trouvent ici un nouveau souffle. En effet, dans une maniaquerie maladive, l'auteur décrit chaque scène d'action. Imaginez chaque tir, explosion, bagarre, vue par l'effet ralenti de Matrix... Sans oublier les explications. Nous sommes dans un roman "techno-thriller", selon les termes de l'auteur. Toutes la technologie la plus évoluée est expliquée. On se sent plus intelligent après avoir fermé ce pavé.
Les éditions Critic sont nées en 2010. De nouvelles en romans, de feuillets en pavés, l'histoire est en marche. Véritable éditeur hors-normes, sous des étiquettes telles que science-fiction, thriller, fantasy, il rassemble les lecteurs. Un véritable prescripteur, mais aussi un découvreur de talents. Critic donne sa chance à de nouveaux auteurs, mais aussi à ceux qui changent de genre. Le résultat est là, le catalogue est un trésor hétéroclite !

Si je devais comparer, Antoine Tracqui est proche d'un Tom Clancy ou d'un Clive Cussler, mais c'est une erreur de le comparer. L'auteur français a son propre style. Quelle entrée dans le monde de l'édition!

AUTEUR : ANTOINE TRACQUI
COLLECTION : THRILLER
EDITIONS : CRITIC

Repost 0
Published by Hervé - dans Science-fiction
commenter cet article
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 17:12

orphans-tome-2--la-danse-de-l-hippocampeArrivés sur une terre parallèle Tessa et Marin essayent de regagner leur foyer. Un chemin parsemé d'embûches, tandis que de l'autre côté, Alexia découvre de surprenantes informations sur le Seahorse Institute.

Un livre n'est jamais facile à écrire et d'autant plus une trilogie. Avec ce deuxième tome d'Orphans, Claire Gratias répond à quelques questions de l'intrigue, mais elle en introduit d'autres. Malgré l'intrigue complexe, les lieux et les personnages variés, l'ensemble stagne.
Si faute il y a, ce serait aux déroulements des deux enquêtes. Alexia patauge dans son enquête, tandis que Tessa et Marin fuient les évènements, au lieu de les provoquer. A côté de cette double enquête, l'auteur introduit de nouveaux personnages. Des militants écologistes, un troisième personnage kidnappé par Proteus... Malgré ces quelques "fautes", l'intrigue tisse sa toile et semble nous emmener plus loin que nous le pensions. En effet, une troisième intrigue prenant place dans notre réalité est en train de se construire. Le Seahorse Institut semble ne pas avoir donné toutes ses clefs...

Un deuxième tome qui fait office de liaison entre le premier et le troisième. Après un rythme rapide, il est dommage que s'attarder autant. Heureusement, le talent de l'auteur est intact. On attend donc le troisième et dernier tome d'Orphans avec impatience.

ORPHANS T2 / LA DANSE DE L'HIPPOCAMPE
AUTEUR : CLAIRE GRATIAS
EDITIONS : RAGEOT

Repost 0
Published by Hervé - dans Science-fiction
commenter cet article
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 13:14

Star-Trek.jpgLe premier épisode de la série Star Trek est diffusé en 1966. Depuis, livres, films et séries dérivées sont apparues. Derrière cette saga se cache une histoire, pas toujours heureuse, où un homme (Gene Roddenberry) et ceux qui le suivirent ont cru à un futur meilleur.

Dans la plupart des livres provenant de saga, qu'elles soient littéraires, cinématographiques... Les histoires sont approuvées, lissées, pour plaire au grand public. Le fait qu'il soit marqué en quatrième de couverture : "Cet ouvrage n'est ni autorisé, ni affilié, ni approuvé par CBS Televisions Studios, Paramount Pictures, Roddenberry Estate ou quiconque en rapport avec les films ou les livres Star Strek" peut être un bon signe. L'auteur n'est autre que Robert Greenburger, qui a suivi une partie de sa carrière sur Star Trek. S'il connait les histoires, il est peut-être trop proche pour avoir un regard lucide sur près de 50 ans de Star Trek. En fait, le livre se découpe en deux parties distinctes : La période Gene Roddenberry et la suivante jusqu'à nos jours.
Une première partie centrée sur le créateur Gene Roddenberry, sa personnalité complexe et les différents heurts avec la production, les acteurs, etc. Malgré les différents connus (Nimoy/Shatner) ou moins connus, cette période orageuse va permettre d'écrire le canon de la saga, que les fans s'organisent et que la série s'invite sur divers médias comme les livres, les disques ou le cinéma.
Bizarrement, la seconde partie est plus calme. Sans l'action de Gene Roddenberry, il y a moins de heurts et presque tout semble aller de soi. N'étant pas un expert de cette saga, on doutera de cette affirmation, mais pourquoi pas ? Par contre, l'influence de la série sur les spectateurs est réelle. Ils sont devenus astronautes, scénaristes, maquilleurs, scientifiques suite à la vision des séries ou des films.
La narration se veut historique et si elle est bien menée, son côté scolaire pèse. les noms à retenir ne sauraient parler qu'aux spécialistes. Les illustrations sont nombreuses, mais on pourra s'interroger sur la pertinence des photos datant de l'époque de la première série dans un chapitre consacré à Star Trek : Voyager (et inversement).
Si la couverture originale parle uniquement aux "trekkies", la couverture française ne montre que la série originale, alors que le livre s'intéresse à toute la saga. Une décision éditoriale incompréhensible...

Avec Star Trek : l'histoire non officielle de toute la saga intergalactique, Ce sont les grands et les petits moments qui nous sont comptés. N'étant pas réservée aux "trekkies", cette édition permet d'y voir un peu plus clair dans les 726 épisodes et les 12 longs métrages.

STAR TREK : L'HISTOIRE NON OFFICIELLE DE TOUTE LA SAGA INTERGALACTIQUE
AUTEUR : ROBERT GREENBURGER
EDITIONS : HORS COLLECTION

Repost 0
Published by Hervé - dans Science-fiction
commenter cet article
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 16:25

cvt_Et-a-la-fin-il-nen-restera-quun_8007.jpegEn 2057, les libertés individuelles sont mises à mort sur l'échafaud de L'état et des nouvelles politiques économiques. Dernier amusement trouvé par la chaîne de télévision Real-TV Europa 29, une mise à mort en direct. Dix condamnés sont lâchés sur une île. Chaque semaine, l'un est élu pour être la victime. En face, des téléspectateurs tirés au sort sont les exécuteurs...

Publié une première fois en deux tomes, en 2006, Et à la fin il n'en restera qu'un se découpe en deux parties, mais différemment de la coupe effectuée entre le premier et le second tome. La première partie permet de montrer les enjeux de cette nouvelle télé-réalité, avec tout ce qui a changé en 40 ans. Malheureusement, ce futur n'est pas le meilleur. Les consignes sont strictes et il est très facile de se retrouver dans un prison, soit à vie, soit en attendant la peine de mort.
Il semble que seul l'argent soit le maître dans cette Europe rongée par l'administration, la corruption et le totalitarisme. Un futur très noir, qui n'est pas si éloignée de la réalité (les enjeux économiques, la télévision).
On suit agréablement les personnages, qu'ils soient les victimes ou les employés de Real-TV Europa 29. La place n'est pas à la réflexion, mais à l'action. Les évènements s'enchaînent sans temps mort jusqu'à une révélation qui change le propos. La deuxième partie ressemble à l'arroseur arrosé. Malheureusement, la fin est bâclée et on ne croît pas une seconde aux révélations explicatives.
Certes, cette course à la mort rappelait les livres Battle Royale et Le Prix Du Danger, ainsi que les adaptations cinématographiques, mais l'ensemble tenait la route... Sauf cette fin bricolée. On n'a soudain l'impression que l'auteur ne savait pas comment terminer le récit.

Première déception sur la collection Thriller de Rageot. Un roman d'anticipation/ action qui ne va pas jusqu'au bout de ses idées.

TITRE : A LA FIN IL N'EN RESTERA QU'UN
AUTEUR : JEAN-LUC LUCIANI
COLLECTION : THRILLER
EDITIONS : RAGEOT

Repost 0
Published by Hervé - dans Science-fiction
commenter cet article
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 08:45

roby-ne-pleure-jamais.jpgLa programmation de Roby permet à celui-ci d'éprouver des sensations : chaud, froid, douleur, etc. Quand il est loué aux parents de Cyrielle, une nouvelle sensation va naître.

En une quarantaine de pages, Eric Simard nous plonge dans plusieurs thèmes que le lecteur (enfant ou adulte) aura plaisir à découvrir. Muni de circuits électriques où aucun flux sanguin ne coule, Roby dépasse son statut de robot. Il éprouve des sensations. A partir de ce "simple changement" d'autres vont arriver.
L'auteur énonce les lois de la robotique sans les écrire :
-Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, restant passif, permettre qu'un être humain soit exposé au danger.
-Un robot doit obéir aux ordres que lui donne un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la Première loi.
-Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n'entre pas en conflit avec la Première ou la Deuxième loi.
Des lois "imparfaites" pour ce robot qui "évolue". Si celui-ci est le personnage principal, les humains sont importants. Leurs réactions (positives ou négatives) face à Roby vont contribuer à son évolution.

Ce n'est pas la première fois qu'Eric Simard écrit pour la collection Soon. Dans Les aigles de pluie, il parlait déjà de la différence entre les peuples. Un court roman qui éveille les lecteurs à la science-fiction tout en donnant une belle leçon de tolérance.

ROBY NE PLEURE JAMAIS
AUTEUR : ERIC SIMARD
COLLECTION : MINI SYROS SOON
EDITION : SOON

Repost 0
Published by Hervé - dans Science-fiction
commenter cet article
17 juillet 2013 3 17 /07 /juillet /2013 14:49

Noa est condamné à la réclusion à domicile. De plus en plus reclus, il regarde le monde passer à travers son poste vidéo: surveillant de l'espace public. Petit à petit, les gens dont il a la "charge" s'équipent d'un sarcophage noir. Celui-ci permet d'accéder au monde de O. "Osez la liberté" dit la publicité. Malgré les mises en garde de ses amis Valérie et Frank, Noa acquiert un des sarcophages.

"Le monde de O" est avant tout une aventure éditoriale. Réalisé en septembre 2003 et septembre 2012, il a été conçu par Igor Bno et l'association Infini.fr. Tiré à 49 exemplaires, les auteurs demandent à ce que le livre ne soit pas prêté, vendu, échangé, mais passé de main en main. "Continuez à le faire vivre"...
L'histoire est celle de Noa qui découvre le monde virtuel de O. Un univers si réaliste qu'on ressent les sensations (boire, manger, etc), mais l'utilisateur reste le maître. Suivant Noa, le lecteur plonge dans ce monde où chacun peut être ce qu'il désire, faire ce qu'il veut, au point d'oublier le véritable monde.
Comme il est noté sur la quatrième de couverture, le livre est fabriqué artisanalement. Est-ce-que-ce livre se voudrait un manifeste contre Internet ? Certainement pas, mais l'addiction à ce "monde" est comparable aux internautes qui oublient de manger, qui restent jouer pendant des jours entiers. Noa en fera la rude expérience. Tour à tour plongé dans un deuxième puis un troisième monde virtuel (Matrix ? Inception ?), il oubliera le véritable monde. Ici, les jeux immersifs, qu'ils soient enquêtes ou mondes imaginaires ne servent pas qu'à amuser les utilisateurs. Il y a une véritable dimension politique.
Fascinant, déstabilisant, Le Monde de O se révèle un futur possible. Tout est surveillé, on ne sait plus ce qui est interdit et on s'oublie dans des mondes irréels. Jusqu'à quand ?

LE MONDE DE O
AUTEUR : IGOR BNO

Repost 0
Published by Hervé - dans Science-fiction
commenter cet article
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 09:28

red-code.jpgTrois lycéens d'origine afghane sont soupçonnés d'être des terroristes "dormants". Pour les surveiller, la DCRI (Direction Centrale des Renseignements Intérieurs) fait appel à la brigade des fous. Entre une unité d'adolescents qui ont des pathologies "explosives" et des lycéens "terroristes", quelle est la faction la plus dangereuse ?

Imprévisible ! C'est le mot qui ressort de ce roman. Des héros au côté sombre prononcé, une menace terroriste qui n'a pas de visage, de la manipulation et une narration à 286 km/h (une Ferrari FF est à l'intérieur de ce roman). Imprévisible comme l'a été la vie de l'auteur. Tour à tour promoteur, créatif, serveur, cet infatigable voyageur aime l'exotisme et ça se ressent. Que ce soit le décor ou les personnages, le lecteur se verra propulsé dans un autre univers. Tout voyage à un prix et celui de Philip Le Roy est particulièrement élevé. Prenant des caractères clichés (la brute, la séductrice, le geek, etc), il rajoute des pathologies cliniques qui font de ces adolescents des anti-héros. Le lecteur sera tour à tour attiré/repoussé par cette brigade qui essaye de survivre dans un monde qui n'agit pas selon leurs règles. Malgré leurs capacités, ils seront toujours considérés comme hors-normes. Le parallèle avec les adolescents est doublement inévitable (les héros sont des adolescents).
Si le fil rouge du scénario est bien suivi, la brigade s'embarque pour des mésaventures rocambolesques : trafic de drogue, écologie, chair humaine, extrémisme religieux. Là où d'autres auteurs comptent sur la facilité, Philip Le Roy montre une autre voie : ne pas compter que sur l'apparence !

Avec un décompte de chapitres, des rebondissements dramatiques, une galerie de personnages haut en couleurs, Philip Le Roy donne au lecteur un roman explosif. Attention à l'addiction !

LA BRIGADE DES FOUS T2 : RED CODE
AUTEUR : PHILIP LE ROY
COLLECTION : THRILLER
EDITION : RAGEOT

Repost 0
Published by Hervé - dans Science-fiction
commenter cet article